lundi 18 février 2013

Appel à soutien, manifestation à Tokyo le 23 Février pour l'évacuation des enfants des zones contaminées

Voici le message de Miho, Japonaise et membre du collectif IndepedentWHO :

J'ai reçu une demande urgente de M. Toshio Yanagihara, un avocat qui représente 14 enfants de Fukushima qui demandent l'évacuation collective de la zone contaminée. M. Yanagihara et les autres partisans organisent une manifestation le 23 Février à Tokyo. Ils sont à la recherche de plus de gens qui peuvent soutenir ce mouvement. Comme vous le savez peut-être, la récente enquête de santé sur les enfants de Fukushima a révélé que trois enfants avaient déjà été opérés sur le cancer de la thyroïde et qu'il y avait 7 autres enfants qui subiraient la même conséquence. M. Yanagihara vous serais reconnaissant si vous pouvez vous inscrire comme "supporter" et laisser un commentaire sur le site internet à l'adresse ci-dessous (en anglais seulement): 
http://www.fukushima-sokai.net/action/adovocates-e.php


Sous ce formulaire, la rubrique "List of approvals" vous permettra de consulter la liste des supporters de cette action, particuliers et organisations.

Voici une capture du formulaire que j'ai traduit en Français pour ceux qui seraient un peu perdus, ainsi qu'une traduction de l'article sur la manifestation (lien "* A propos"), sur le site du Fukushima Collective Evacuation Trial :

 ______________________________________________________________________

Appel à soutien pour
la manifestation de Shinjuku
le 23 Février


                                   Nos voix, notre manifestation,

                              sauvera la vie d'enfants de  Fukushima.

                        Pour soutenir la manifestation de Shinjuku le 23 Février

Le Fukushima Collective Evacuation organise une manifestation le 23 Février pour demander au gouvernement Japonais d'évacuer les enfants des zones contaminées par la catastrophe nucléaire du 11 Mars 2011.
Pour supporter cette manifestation, signez s'il vous plaît le formulaire ci-dessous. Votre  action et votre voix pourront faire un avenir différent pour les enfants de Fukushima. *vos informations ne seront utilisées pour aucun autre usage.
                                      
                                            *A propos "Manif 23 Février"

_____________________________________________________________________________

2013
217日日曜日

Manifestation de Shinjuku le 23 Février
Évacuez les enfants maintenant !

Le Fukushima Collective Evacuation Trial Team a prévu une manifestation le 23 Février  2013 à Shinjuku, Tokyo. Nous affirmons que les actions entreprises directement par les citoyens ordinaires sont un facteur très important pour que la Cour considère l'évacuation des enfants. Historiquement parlant, alors que la catastrophe de Tchernobyl avait contaminé de vastes étendues du Belarus, les manifestations de parents ordinaires en 1989 ont poussé le gouvernement Biélorusse à entreprendre le Projet de Restauration au niveau national.


Février 1989, manifestations au Bélarus
Même si le gouvernement Japonais n'est pas disposé à tenir compte des voix des citoyens dans ses politiques, les citoyens doivent encore former l'opinion publique en montrant le pouvoir que la démocratie doit offrir. Peu importe ce qu'ils font ou ne font pas pour nous, nous ne pouvons pas tomber dans la majorité silencieuse car l'avenir des enfants est entre nos mains.
 
World Network for Saving Children from Radiation
(Réseau Mondial pour Sauver les Enfants de la Radioactivité)
___________________________________________________________________________ 
La réalité à Fukushima - un avocat japonais prend la parole à l ONU


(13'37'' En st Fr) - Télécharger la vidéo (41 Mo)

L'auteur de cet appel, l'avocat du Collective Evacuation Trial Toshio Yanagihara, s'est d'autre part exprimé au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, lors d'une réunion le 30 Octobre 2012. Voici son intervention.
Fukushima Collective Evacuation Trial est un collectif de citoyens demandant à la municipalité de Koriyama, Fukushima, d'évacuer les enfants vers les zones en-dessous de 1mSv / an de contamination radioactive. Si le cas des enfants à Koriyama est entériné par le tribunal, la jurisprudence fera que les autorités des zones à forte contamination devront adopter cette norme et assurer aux enfants une évacuation sanitaire.


"Mesdames et Messieurs, je suis ici aujourd'hui, ainsi que mes amis, pour vous demander de penser aux personnes, spécialement les enfants, piégées dans les zones hautement radioactives au Japon après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi. Je suis ici aujourd'hui pour vous demander d'entreprendre une action significative en tant que Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies pour secourir ces personnes prises au piège. Elles vivent dans une zone d'un niveau de contamination radioactive égal ou supérieur aux zones évacuées autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Les effets sur la santé de la radioactivité sont bien établis. Comme le Dr. Fernex vous l'a exposé, la radioactivité causera des problèmes non seulement à votre santé, mais aussi à celle de vos descendants.
 

Vous avez également entendu dans le discours de Mr. Idogawa les souffrances de la population locale qui a dû fuir au loin de toute urgence. Il pourrait aussi beaucoup parler des sentiments des personnes évacuées et de son propre ressenti en tant que chef de file de ce groupe de personnes qui ont dû vivre des circonstances extraordinaires.
Je décris la réaction de notre gouvernement sous les trois aspects principaux suivants.

  • Premièrement, ils ont toujours été extrêmements sélectifs dans leur production des informations nécessaires.
  • Deuxièmement, ils ont minimisé les effets de l'accident.
  • Troisièmement, ils ont relevé la norme de sûreté nucléaire à leur convenance.

25 ans avant l'accident nucléaire de Fukushima, c'était l'accident de Tchernobyl. C'est un point de comparaison très pertinent. Qu'avons-nous appris de notre expérience de Tchernobyl ?

Quand l'accident de Tchernobyl s'est produit, le gouvernement Soviétique n'a pas fourni de tablettes d'iode à sa population. Ce qui a causé des cancers de la thyroïde chez les enfants. De la même manière le gouvernement Japonais n'a pas non plus fourni de tablettes d'iode. Une ville a même donné la consigne de collecter des tablettes qui avaient été distribuées. Nous trouvons maintenant un taux inhabituellement élevé d'anomalies de la thyroïde parmis les enfants de Fukushima. Il a déjà été rapporté un cas de cancer de la thyroïde diagnostiqué chez un enfant.

Le gouvernement Japonais a changé le niveau légalement autorisé d'exposition à la radioactivité de 1 mS/an à 20 mS/an pour éviter l'établissement d'une zone d'évacuation obligatoire plus étendue. La même erreur a déjà été faite en Union Soviétique il y a 25 ans de cela pour éviter d'évacuer les enfants des écoles.

Le gouvernement Japonais a sélectivement caché les informations cruciales pour minimiser l'accident. Cela comprend la simulation détaillée du système de pointe nommé SPEEDI, basé sur la mesure de données rapprochées et prenant en compte la topologie locale et les conditions météorologiques au moment de l'accident. Ils ont également dit de manière répétée au public "qu'il n'y aurait pas d'effet immédiat sur la santé". Le gouvernement Japonais continue de cacher certaines informations critiques même aujourd'hui.

Le rapport Yablokov-Nesterenko basé sur 5.000 documents principalement en Bélarusse, Ukrainien et Russe fournit une analyse selon laquelle 980.000 personnes ont perdu la vie des suites de l'accident. La densité de la population est 15 fois plus élevée à Fukushima que dans les régions autour de Tchernobyl. Le nombre de personnes à Fukushima dans des zones d'un niveau de contamination équivalent à celui de Tchernobyl est également plus élevé. Il n'est donc pas difficile d'imaginer que le nombre de décès à Fukushima sera significativement plus élevé.

Laissez-moi prendre l'exemple de la ville de Koriyama où je représente actuellement 14 enfants du Collectif d'Évacuation en Instance. Il est connu que les enfants sont plus affectés par la radioactivité que les adultes.
Observez s'il vous plait cette carte de la ville de Koriyama, située à 60 km de la centrale nucléaire. Les chiffres sont ceux de la radioactivité aérienne et du niveau de contamination du sol mesurés en Août de l'an dernier. Les points rouges sur la carte indiquent un niveau de radioactivité équivalent à la zone d'évacuation obligatoire autour de Tchernobyl.Si vous appliquez la norme utilisée pour l'évacuation à Tchernobyl, la plus grande partie du centre-ville tomberait en zone d'évacuation obligatoire, d'où les habitants seraient forcés de partir. C'est dans ce dangereux niveau de contamination que les enfants restent à l'école.

En tant qu' avocat j'ai eu l'idée d'entreprendre une action pour forcer le gouvernement local de la ville de Koriyama à évacuer les enfants scolarisés vers la zone sous les 1 mS/an de radioactivité aérienne. La procédure judiciaire prend du temps, alors que la situation économique des parents de ces enfants ne leur permet pas de les évacuer par leurs propres moyens. On signale également que les enfants qui mangent un repas apporté de la maison plutôt que celui de l'école sont rudoyés par leurs camarades. De plus, certains chercheurs ont découvert que les niveaux de radiations indiqués par les équipements de surveillance mis en place par le gouvernement sont typiquement inférieurs de moitié à ceux auxquels les gens sont exposés. Nous serions très heureux de partager les éléments de preuve de cela au cas où cela vous intéresse.

Pour savoir quel genre de trucage de données à lieu, observez s'il vous plait l'image suivante. Vous voyez deux appareils de surveillance côte à côte. Il y a près de 500 postes de contrôle dans les écoles et les parcs de Fukushima, et vous voyez deux appareils de contrôle l'un près de l'autre comme sur cette photo. Celui sur la gauche est l'équipement utilisé actuellement. Celui à droite était utilisé auparavant et aboli par le gouvernement Japonais, car il répondait au standard international en usage avant qu'il ne commence à imposer sa propre norme de mesure de la radioactivité aérienne. Le contrat avec la compagnie qui fournissait la machine de droite a été interrompu. Les mesures par le type d'appareil de droite sont de 40% plus élevées. C'est un parfait exemple de comment le gouvernement essaye de sous-estimer la contamination causée par l'accident. Le gouvernement a également conscré un budget énorme au nettoyage des abords des postes de contrôle officiels.

Permettez-moi de parler à présent de l'état de santé actuel des enfants de Fukushima. Le 11 Septembre, les examens de la thyroïde ont trouvé des anomalies telles que des nodules ou kystes chez 43% des 42.000 enfants testés. Le chiffres chez les filles sont pires. 54% des filles âgées de 6 à 10 ans présentent des anomalies, et 55% des 11 à 15 ans. De plus, nous avons découvert en Septembre qu'un enfant souffrait d'un cancer de la thyroïde. Cependant, le gouvernement refuse de lier ces symptômes à l'accident. 

Après le désastre de Fukushima, le gouvernement Japonais a mis nombre de politiques en vigueur. Apparemment, ils ne parlent que des reconstructions de la région basées sur la décontamination. Pourtant, il a déjà été prouvé à Tchernobyl que la décontamination n'est pas efficace. C'est presque comme si à chaque fois que le gouvernement Japonais évoque le mot "reconstruction", cela signifiait en fin de compte l'emprisonnement des victimes sinistrées dans les zones fortement contaminées pour des raisons économiques. Beaucoup des travailleurs du site de Fukushima Daiichi viennent de la préfecture de Fukushima, et doivent travailler pour une pyramide de sous-traitants. Cela pourrait désigner un esclavage économique. Bien sûr, je souhaite assurément que ce ne soit qu'une crainte sans fondement.

Le gouvernement Japonais n'assume pas la responsabilité des évacuations volontaires. Cela signifie pour les habitants que le gouvernement ne paiera pas si vous décidez de partir. Le résultat de cette politique, c'est que ceux qui ne peuvent se permettre de tout laisser derrière eux et de repartir de zéro n'ont d'autre choix que de rester dans des régions fortement contaminées, quels que soient leurs souhaits. Le gouvernement japonais devrait assumer ses responsabilités morales et juridiques quant à  l'évacuation de ceux qui vivent encore dans les régions fortement contaminées, en particulier les enfants.

Donc que pouvons-nous faire ? La réponse est simple. Nous devons immédiatement évacuer les gens, spécialement les enfants, en dehors des zones de forte radioactivité. Pourquoi cela doit-il être fait immédiatement ? Tchernobyl a souffert de 980.000 victimes, malgré sa norme d'évacuation acceptée par la communauté internationale. Ce n'était pas à cause d'une norme inadaptée, mais plutôt parce qu'elle a été appliquée 5 ans après l'accident. Pour beaucoup, c'était trop tard. C'est pourquoi nous devons déplacer les enfants hors de la contamination radioactive maintenant !!!

J'espère que vous avez envie maintenant de rejoindre les forces pour protéger les droits de l'homme à Fukushima. Merci beaucoup de votre attention."

 ~ ☢ ~

"Dear distinguished delegates,

Today, together with my friends, I am here to ask you to think about the people, especially the children, who are trapped in the high radiation areas in Japan after the nuclear accident at the Fukushima Daiichi plant. Today, I am hear to request you to take a significant step as the UN Human Rights Council to rescue these trapped people. They are living in the zone that has equivalent or higher level of the radiation contamination compared to the evacuated zones around the Chernobyl Nuclear Plant.

The health effects of radioactivity is well-established. As Dr. Fernex has been presented to you, the radioactivity will cause problems not only in your health, but also in the health of your descendents.

You also heard the actual suffering of the local people who had to escape to far away location in such a big hurry in Mr. Idogawa's speech. He can also talk a lot about the feelings of the evacuees and his own feeling as the leader of this group of people who had to experience extraordinary circumstances.

I characterize the response of our government with the following three key concepts. First, they have always been extremely selective in their release of necessary information. Second, they play down the effect of the accident. Third, they raised the standard of nuclear safety at their convenience.

25 years prior to the Fukushima nuclear accident, there was the Chernobyl accident. This is something the most relevant to compare with. What did we learn from the experience of Chernobyl?

When the Chernobyl accident happened, the Soviet government did not provide iodine tablets to its people. This caused thyroid cancers in children. Likewise the Japanese government did not provide with iodine tablets, either. One town even instructed to collect the tablets they once distrubuted.Now we are finding an unusually high rate of thyroid abnormalities among Fukushima children. There is already a reported case of one child who has been diagnosed with thyroid cancer.

Japanese government changed the legal allowance of radiation exposure from 1 mSv/yr to 20 mSv/yr to prevent designation of wider mandatory evacuation zone. The same mistake had already been made by Soviet Union 25 years before in order to prevent the school children's evacuation.

The Japanese government selectively hid the crucial information in order to play down the accident. This includes the detailed simulation done by a state-of-the-art system called SPEEDI, which is based on the measurement of the data points next to each other, having the local geography and the weather condition of the time of the accident into consideration. They also repeatedly told the public that “there will be no immediate effect on health”. The Japanese government still withhold certain critical information even today.

The Yablokov-Nesterenko report based on 5,000 papers written mainly in Belarusian, Ukrainian and Russian provides an analysis that more than 980,000 people lost lives as a result of the accident. The population density in Fukushima is 15 times higher than that of the regions around Chernobyl. The number of people in Fukushima in the areas with contamination levels equivalent to Chernobyl is also much larger. Therefore, it is not hard to imagine that the loss of life in Fukushima will be significantly high.

Let me take an example of Koriyama City where I am currently representing 14 children in the Collective Evacuation Trial. It is known that the children are more affected by radioactivity than adults.

Please take a look at this map of Koriyama City, which is 60km from the Nuclear Plants. The numbers are the airborne radiation readings and the level of soil contamination measured in August last year. The red dots on this map indicate the equivalent radiation level of mandatory evacuation zone around Chernobyl. If you apply the evacuation standard used in Chernobyl, most of the central part of the city would fall under the mandatory evacuation area, where the residents would be required to move out. It is in this level of dangerous contamination that the children remain and attend school.

As a lawyer I came up with the idea to take an action to force the local government of the city of Koriyama to evacuate the school children to the area under 1 mSv/yr airborne radiation level. The court procedure takes time, while the economic situations of the children's parents don't allow them to privately evacuate the childen. It is also reported that the children who eat the lunch from home rather than the school lunch are bullied by the peers. Furthermore, some researchers have found out that the radiation readings from the monitoring equipment set up by the government are typically half the dose of the people are exposed to. We would be very happy to share the evidence of this in case you are interested in.

In order to know what type of data fixing is going on, please take a look a the next picture. You see two monitoring devices side by side.

There are about 500 monitoring posts at schools and parks in Fukushima, and you see two monitoring devises next to each other like in this picture. The one on the left is the equipment currently used. The one the right was previously used and abolished by the Japanese government because the one on the right meets the international standard that was used before the Japanese government started imposing its own standard to measure the airborne radioactivity. The contract with the company that provided the machine on the right was terminated. The readings from the type of equipment on the right are up to 40 % higher. This is a perfect example of how the government is trying to understate the contamination caused by the accident. The government spend a huge budget cleaning the surrounding of the official monitoring posts too.

Let me now talk about the actual health condition of the children of Fukushima. On September 11, the thyroid examinations found abnormalities such as nodules or cysts in 43% out of 42,000 children tested. The numbers for the girls are worse. 54% of the girls from age 6 to 10 had these abnormalities, and 55% for age 11 to 15. What is more, we have discovered in September that one child had pediatric thyroid cancer. However, the government still refuses the linkage of these symptoms to the accident.   

After the Fukushima disaster, the Japanese government put numbers of policies into force. After the Fukushima disaster, the Japanese government put numbers of policies into force. Apparently, they are only talking about the reconstructions of the region based on decontamination. However, it was already proven in Chernobyl that decontamination is not effective. It is almost that whenever the Japanese government mentions the word “reconstruction“, it ultimately means emprisonment of the disaster victims in the highly contaminated areas for economic reasons. Many of the recovery workers at the Fukushima Daiichi site are from Fukushima Prefecture, who have to work under numerous layers of subcontractor. It may mean an economic slavery. Of course I would certainly wish that it is a groundless fear.

The Japanese government does not assume responsibility for voluntary evacuation. This means to the residents that the government will not pay if you decide to leave. As a result of this policy, those who cannot afford to leave everything behind and start from scratch have had no choice but to remain in highly contaminated regions regardless of their wishes. The Japanese government should fulfill its moral and legal responsibilities for the evacuation of those still living in highly contaminated regions, especially, the children.

So what can we do? The answer is simple. We should immediately evacuate the people, especially the children, out of the high radiation zones. Why does it have to be done immediately? Chernobyl suffered the casualties of 980,000 people, despite its internationally accepted evacuation standard. It was not because the standard was not adequate, but rather because it was implemented 5 years after the accident. For many, it was too late. This is why we must move the children out of the radioactive contamination now!!!

I hope you now feel like joining force to protect the human rights in Fukushima. Thank you very much for your attention."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

—————————————————————————————————————————————————— Kna60 sur YouTube

—————————————————————————————————————————————————— Kna60 sur Dailymotion

—————————————————————————————————————————————————— Kna60 sur Vimeo

Fukushima - Que savaient-ils et quand ? - A. Gundersen 11.03.13 from Kna60 on Vimeo.